18/06/2008

Mon cher Köbi

Mon cher Köbi

Cher Edmée, il y a la langue de vipère et celle du pied. Vos propos « nickelés », d’un humour abrasif, me plaisent en général énormément. Sur cette terre, il y a différentes opinions et c’est heureux ainsi, car on n’aurait plus rien à défendre, plus rien à se dire.

Pour votre « Masos, les Suisses » d’hier, vous êtes tombé dans le panneau, comme les centaines d’autres spécialistes du crampon, car les « oranges » n’ont pas pourries du tout la compétition, même avec la 2e garniture. Que voulez-vous, on ne peut pas toujours avoir raison et on est toujours plus intelligent après.

Quant à mon cher Köbeli, s’est-il planté ? As-t-il trompé les gens ? Je dis non Non ! Il n’y rien de plus naze que de prétendre que son coaching était nul. D’une part, il avait un assistant de qualité, Michel Pont, et d’autre part pas d’autres alternatives, par manque d’attaquants. C’est là que la chatte a mal aux pattes. C’est mathématique … ce n’est pas avec la meilleure défense du monde qu’on peut gagner un match, mais en mettant un but de plus que l’adversaire. Donnez à Kuhn un Fatton, un Ballaman, un Vonlanthen et un Turkyilmaz et votre langue deviendrait « velours ».

Que vous critiquez KK, à la bonne heure, mais les reproches de Yakin et Djourou sont déplacées. Je prétends que ce sont des types aigris, présomptueux et aveuglés par le succès. Avec Frei sur le terrain, Hakan n’aurait probablement même pas eu droit au chapitre. J’avoue qu’il sait bien tirer les coups francs, mais pour le reste je mets un grand point d’interrogation. Même ma grand-mère aurait marqué le but « mouillé », servi sur un caviar ! Quant aux occasions offertes ratées…
Alain Geiger, dans le Temps d’aujourd’hui, prend, parce qu’il n’a pas été sollicité plus sur l’antenne ?, votre chemin, mais il ferait mieux de balayer devant sa porte.

Alors, mon cher Edmée, toujours fâché ? Pour conclure, Bravo Köbi Kuhn, personnage secret, tu as réussi à former un esprit d’équipe, comme nul autre. A Ottmar Hitzfeld de continuer … et pousser une vraie gueulée, la seule chose que je puisse reprocher au premier. Mais, savez-vous s’il ne l’a pas fait entre quatre yeux ?

Bien à vous et cocoriccoooooo pour la France qui n’a pas été battu, dommage, sur sa vraie valeur. (les 2 champions 2006 n’ont encore rien prouvé ; c’est comme au tennis, les vedettes ont parfois de la peine à démarrer !)



Onex, le 18 juin 2008 Bruno Mathis 079/605.14.13
b.mathis@tele2.ch

12:28 Écrit par Etoile de Neige dans Sports | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.