18/06/2008

Mon cher Köbi

Mon cher Köbi

Cher Edmée, il y a la langue de vipère et celle du pied. Vos propos « nickelés », d’un humour abrasif, me plaisent en général énormément. Sur cette terre, il y a différentes opinions et c’est heureux ainsi, car on n’aurait plus rien à défendre, plus rien à se dire.

Pour votre « Masos, les Suisses » d’hier, vous êtes tombé dans le panneau, comme les centaines d’autres spécialistes du crampon, car les « oranges » n’ont pas pourries du tout la compétition, même avec la 2e garniture. Que voulez-vous, on ne peut pas toujours avoir raison et on est toujours plus intelligent après.

Quant à mon cher Köbeli, s’est-il planté ? As-t-il trompé les gens ? Je dis non Non ! Il n’y rien de plus naze que de prétendre que son coaching était nul. D’une part, il avait un assistant de qualité, Michel Pont, et d’autre part pas d’autres alternatives, par manque d’attaquants. C’est là que la chatte a mal aux pattes. C’est mathématique … ce n’est pas avec la meilleure défense du monde qu’on peut gagner un match, mais en mettant un but de plus que l’adversaire. Donnez à Kuhn un Fatton, un Ballaman, un Vonlanthen et un Turkyilmaz et votre langue deviendrait « velours ».

Que vous critiquez KK, à la bonne heure, mais les reproches de Yakin et Djourou sont déplacées. Je prétends que ce sont des types aigris, présomptueux et aveuglés par le succès. Avec Frei sur le terrain, Hakan n’aurait probablement même pas eu droit au chapitre. J’avoue qu’il sait bien tirer les coups francs, mais pour le reste je mets un grand point d’interrogation. Même ma grand-mère aurait marqué le but « mouillé », servi sur un caviar ! Quant aux occasions offertes ratées…
Alain Geiger, dans le Temps d’aujourd’hui, prend, parce qu’il n’a pas été sollicité plus sur l’antenne ?, votre chemin, mais il ferait mieux de balayer devant sa porte.

Alors, mon cher Edmée, toujours fâché ? Pour conclure, Bravo Köbi Kuhn, personnage secret, tu as réussi à former un esprit d’équipe, comme nul autre. A Ottmar Hitzfeld de continuer … et pousser une vraie gueulée, la seule chose que je puisse reprocher au premier. Mais, savez-vous s’il ne l’a pas fait entre quatre yeux ?

Bien à vous et cocoriccoooooo pour la France qui n’a pas été battu, dommage, sur sa vraie valeur. (les 2 champions 2006 n’ont encore rien prouvé ; c’est comme au tennis, les vedettes ont parfois de la peine à démarrer !)



Onex, le 18 juin 2008 Bruno Mathis 079/605.14.13
b.mathis@tele2.ch

12:28 Écrit par Etoile de Neige dans Sports | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2008

Arbitrage pendant l'Eurofoot

Eurofoot/Arbitrage

 

 

MERCI Köbi, merci arbitre (concernant la première mi-temps Suisse-Portugal). Je suis triplement content pour la Nati et Köbi, qui quitte la scène sur une victoire d’honneur contre une 2e excellente garniture lusitanienne. Bravo les Suisses.

 

Les chances qui leur manquaient dans les deux premières confrontations se sont reportées sur le troisième match, avec l’élimination honorable qu’on connaît.

 

 

Je me suis livré à un rapide calcul de comparaison. Les Tchèques ont marqués 4 buts et encaissé 6, les Turques 5 et 5 et les Suisses 3 et 3.

 

Je sais avec des si on referait le monde, mais le penalty soustrait contre les Tchèques, et marqué, aurait pu changer le monde, respectivement la donne :

 

«  La Suisse qualifiée pour les quarts de finales  » ! Ouf.

 

  

 

Ce qui me préoccupe, c’est la qualité de l’arbitrage. Il n’y a pour ainsi dire aucun match non entaché de fautes d’arbitrage, fautes portant parfois à conséquences. Je sais, l’erreur est humaine, mais … ce qui se passe sur le terrain actuellement se passe de commentaires ! Avec la télé et les moyens de communication à disposition, pas mal de bourdes pourraient être corrigées. Je ne veux point jeter la pierre sur l’homme en noir, car le jeu devient de plus en plus rapide et même les juges de touche, comme au tennis, réussissent à se tromper.

 

 

Pas besoin d’être professeur à l’EPFL pour trouver la faille. Bon sens, introduisons enfin un arbitre-conseil, relié à son collègue sur le terrain, voilà LA solution.

 

   

 

Onex, le  16 juin 2008          Bruno Mathis       079/605.14.13

 

                              b.mathis@tele2.ch

 

10:20 Écrit par Etoile de Neige dans Sports | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2008

Exit pour notre Nati

Eurofoot/exit pour notre Nati

 

 

Hier, le soufflé est subitement tombé. Concocté par notre maître-queue Köbi, assaisonné par la presse, était-il trop consistant ?

 

Pourtant, nous étions ponctuels au rendez-vous, y avons espéré, y avons fièvrés, y avons cru jusqu’à la 92e minute fatidique. Nous, enfants et adultes, des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers ont sombré. Coulé à pic comme le Titanic. C’est bien dommage pour le soufflé, car il avait belle allure. Serions-nous les champions des … occasions ratées ?

 

Comme mentionné dans le blog de BB/gueule de bois, consolons-nous avec la mention : « nous sommes imbattables … dans le classement des défaites honorables » !

 

 

La fête continue ! En tant que pays organisateur,

 

faisons honneur à notre accueil « légendeur » !

 

 

Et pour garder le bon moral,

 

ouvrons une nouvelle page, en nous tournant vers Rodgeur, notre héro national.

 

A Wimbledon, il sauvera NOTRE honneur fédéral,

 

en s’imposant sans bavure,

 

mais … en êtes-vous sûre ?

 

 

 

 

Onex, le  12 juin 2008          Bruno Mathis       079/605.14.13

 

                              b.mathis@tele2.ch

 

16:31 Écrit par Etoile de Neige dans Sports | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

11/06/2008

L'heure de vérité approche

Suisse : Turquie A sept heures du coup d’envoi, je laisse vagabonder mon esprit. Le match de la peur approche. J’espère que la Nati soit à la hauteur et qu’elle arrivera à sauter l’obstacle, grâce (aussi) aux trois « gladiateurs », dont le sang turc coule dans leurs veines. On dit être fort comme un turc ; on verra si les Kebab-Boys arriveront à freiner la fougue des Choco-Boys, dirigés par notre gentil (trop gentil ?) chef d’orchestre Köbi Kuhn, pour empêcher les Suisses à engranger le salaire de la peur. Mais, pour y arriver, il ne faudra pas qu’ils oublient leur partition ! Est-ce que demain on chantera: « Köbi, à toi ma gloire » ou est-ce qu’on devra se tourner vers le précieux distillat « Père ma gloire » pour noyer notre chagrin ? Hopp Schwiiz (sans Schadenfreude) et que le meilleur gagne ! Onex, le 11 juin 2008     Bruno Mathis      079/605.14.13   b.mathis@tele2.ch

15:13 Écrit par Etoile de Neige dans Sports | Tags : suisse:turquie | Lien permanent | Commentaires (1)