20/08/2008

Les criminels du futur ?

Criminels du futur malgré eux ?

 

Tandis que notre planète Terre « coure » inéluctablement vers son destin, le réchauffement climatique (avec tous ses effets néfastes connus) – favorisé par notre comportement peu responsable vis-à-vis de la pollution – les 153 états-membres de l’OMC, gourmands, avec Pascal Lamy en tête, se sont bagarrés pour globalement faire baisser les droits de douane et les subventions. Le Doha-Round, mis en route après le fameux septembre 2001, a encore une fois et peut-être définitivement échoué.

 

Jean qui rit, Jean qui pleure. On a voulu sacrifier l’agriculture sur l’autel du lobby industriel et bancaire. Les Etats-Unis, l’Inde et la Chine , ne trouvant pas leurs avantages, ont mis un verrou. Un journaliste éminent a dit que les pourparlers seront bloqués pour des années, car ces pays ont - dans un avenir proche - d’autres chats à fouetter, notamment des problèmes économiques et écologiques à résoudre !

 

Que les pays émergeants doivent être soutenus par les pays riches pour le bien de tous, je ne le conteste pas. Ceci devrait favoriser les échanges commerciaux, avec comme résultat de meilleurs prix à la consommation.

 

Mais attention, la médaille a 2 faces. A mon avis, la mondialisation voire globalisation n’apporte à l’humanité pas que des avantages ! Notamment notre agriculture en pâtirait. Bien entendu, nous Suisses voulons tous soutenir notre paysannerie, manger régional et consommer nos produits de saison. Nos agriculteurs et maraîchers, ne sont-ils pas les paysagistes de notre contrée ? A défaut, il faudra les soutenir à coup de subventions démesurées.

Peut-être, un jour, nos arrières-petits-enfants, protégés par un masque pour survivre au "smog" taxeront ces Messieurs/Dames aux cols blancs de criminels malgré eux!

A bon entendeur

Montana, le 18 août 2008       Bruno Mathis       b.mathis@tele2

 

 

 

18:33 Écrit par Etoile de Neige | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.