26/08/2008

Squatters de notre temps

Squatters de notre temps

 

J’ai un vilain défaut, c’est celui de dire tout haut, ce que beaucoup (?) pensent tout bas. Pour faire l’avocat du diable, j’affirme que depuis Adam et Eve, il y a toujours une partie qui réussie, par moment, à pourrir l’existence de l’autre ; si ce n’est pas Paul, c’est Jean, en excluant les saints et les sains d’esprit.

 

Après les maisons de tolérances, les parcs à… « bottelón ».

 

Oh maisons roses, oh maisons closes ; mes parcs verts, mes parcs chers.

 

Que jeunesse se passe ! A priori, je n’ai rien contre les squatters de notre temps. Qu’ils fassent leurs expériences, qu’ils se shootent, qu’ils se saoulent, qu’ils s’envoient en l’air … j’en ai rien à faire, lire « cirer », tant que cela ne touche pas mon « clan ». L’éducation devrait se faire dans l’anti-chambre de leurs parents, pour autant qu’ils en aillent et soient dignes de ce nom.

 

On ne peut pas arrêter le « temps », mais on peut mettre à contribution les pollueurs de notre temps (augmentation massive des taxes sur toutes drogues et nuisances, mais la volonté politique ne semble pas être mûre !!!).

 

Mûre et responsable, quoi que …, la vie appartient à cette jeunesse blasée (?), voire dorée ; libre à elle de contrôler ses pulsions et ses pulsations, mais … il y a un grand MAIS, qu’elle ne considère pas que tout leur soit due et qu’elle puisse vivre aux frais et au dépens de notre société (coût social), jusqu’à piétiner nos plus belles valeurs : « PATRIE, FAMILLE, AMITIE » !

 

 

Montana, le 24 août 2008                    Bruno, l’avocat du diable

 

18:17 Écrit par Etoile de Neige dans Politique | Tags : bruno mathis, tribune du léman | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.