17/12/2008

Y a-t-il encore un skeeper à bord

Y a-t-il encore un skeeper à bord ?          oliver été 2008 001.jpg  Nous naviguons à vue dans une eau marécageuse. Une nouvelle fois, la place financière est secouée par une tempête, celle d’une fraude crapuleuse. Le gourou Bernie Madoff, personne au dessus de tout soupçon, me fait penser à Bernie Cornfield, dont le scandale a secoué Genève internationale dans les années 70. Cette nouvelle de Jiobs (allusion à Job 5e s. av. J.-C.) jette un discrédit incommensurable sur le havre de paix, celui du Wall Street, qu’on croyait surveillé très étroitement par la SEC (securities exchange commission). Philippe Rodrik pousse un cri : « Banquiers, misez sur la transparence » ! Déjà avec l’UBS on a entendu ce refrain, avec un résultat catastrophique. Cette fois 50 milliards (millions devient ringard) d’US-dollars se sont envolés au nez et à la barbe de tout le monde. Après que les gros « poissons » ont déjà retiré leurs billes, en les entassant chez eux, dites-moi en quel skeeper faut-il encore faire confiance. Les petits poissons (retraités etc.) pourtant auraient besoins d’être rassurés. Or, cette grave crise, surtout de confiance, va ébranler plus qu’un et je souhaite, pour nous tous, que le navire -délesté des produits sophistiqués et obscures (Marian Stepczynski) -réussisse à passer le cap de Bon-Espérance … pour entrer dans des eaux plus calmes. Onex, le 17 décembre 2008      Bruno Mathis        b.mathis@tele2.ch

12:25 Écrit par Etoile de Neige dans Economie | Tags : bruno mathis, etoile de neige | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.