19/02/2009

Secret bancaire hélvétique

L’UBS, pour garder la licence US, est prête à ouvrir une brèche dans l’édifice fortifié du SECRET BANCAIRE, en livrant le nom de 250 clients américains. Combien vont s’y engouffrer ? Notre secret bancaire n’est-il pas en train de voler en éclat ?

Tous les regards sont tournés vers la Grande Amérique et spécialement vers Wallstreet. Qui nous a fait caquer, lire fait des misères, avec les subprimes et le reste ? On devrait leur demander réparation !

Au contraire, au lieu de les envoyer paître, lire les désavouer, nous incorrigibles continuons à les encenser ; peut-être un vieux reflexe, datant de 1945.

Le Vieux Continent, au lieu de s’unir, n’a rien appris à part imiter les EU et de s’attaquer au maillon faible. Veulent-t-ils nous punir pour notre obstination de garder notre indépendance ?

Après avoir cédé sur la question des fonds en déshérence, on se fait une deuxième fois biser par les Américains ! Avec le recul, on aurait mieux fait de créer un fonds pour la Paix (en faveur des enfants défavorisés en leur offrant une bonne éducation et formation) au lieu d’enrichir les avocats NY.

En un mot, Oncle Sam nous fait chleu, lire nous crée des emmerdes, et je crains pour la place financière suisse prospère. Le tourisme et commerce de luxe ont des soucies à se faire, et, si nous ne défendons pas becs et ongles notre LIBERTE, les places de travail des employés de banques risquent de fondre comme neige sous un soleil printanier !                                      

Onex, le  20 février 2009          Bruno Mathis       

15:51 Écrit par Etoile de Neige dans Politique | Tags : etoile de neige, bruno mathis | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Hello Etoile, oui ça c'est une idée: demander réparation à Wall Street pour la crise mondiale et les pertes enregistrées. Yesss!

Écrit par : hommelibre | 19/02/2009

Les commentaires sont fermés.