01/06/2009

Baisser le prix des médicaments?

 

Nous bénéficions des meilleurs soins du monde et ceci a un coût. Nous le savons fort bien et nos amis étrangers privilégiés, soignés en Suisse, aussi. Alors comment baisser ce coût ? Se prendre en main en privilégiant les alternatives et/ou harmoniser le prix des médicaments ?

 


Le torchon brûle entre notre Président de la Confédération 2008 et celui de la FMH (Fédération des médecins suisses) Dr Jacques de Haller.

C’est vrai, il a un job ingrat, puisque nous tous attendons de lui qu’il fasse stopper cette spirale infernale des hausses de primes. En s’attaquant aux maillons faibles, il s’est trompé de cible ! Par contre harmoniser les réserves était une mesure bien venue, mais pas de chance, le restant des réserves placé à la bourse a fondu comme neige au soleil.

Après ses décisions impopulaires et contestées, Pascal Couchepin baisse afin l’échine, bien malgré lui. Il aurait certainement voulu éviter l’attaque de front contre le maillon fort, l’industrie pharmaceutique de Bâle et ailleurs, pénalisant fortement l’actionnariat privilégié, surtout qu’un fauteuil confortable lui tendait déjà les bras dans un avenir très proche. Est-ce qu’une des 84 Caisses maladie (obligatoire pour la base) sautera dans la brèche ?

D’après Santé Suisse, une économie de 350 à 450 millions de francs suisses sur les médicaments pourrait être réalisée, abaissant pour autant le coût de la Santé. Notre CN Simonetta Sommaruga ne l’entend pas de cette oreille et avance un chiffre d’un petit milliard et j’ai le pressentiment qu’elle a tout à fait raison. Les médicaments en général sont de 30 à 50 % trop chers, sans parler des prix scandaleux des génériques pratiqués (amputés des frais de recherches et d’essais cliniques pour être homologués).

Bien entendu, ceci pénalisera non seulement la recherche, mais surtout l’actionnariat privilégié.

Il faudra donc trouver un compromis helvétique ; p.ex. 800 millions sembleraient plus adéquat. J’espère seulement que la mesure prise ne stimulera pas la consommation encore davantage !

Onex, le 1er juin 2009     Bruno Mathis      b.mathis@tele2.ch

01:47 Écrit par Etoile de Neige dans Politique | Tags : etoile de neige, bruno mathis | Lien permanent | Commentaires (14)

Commentaires

Bonjour Bruno,
L'étau se resserrre toujours plus autour des coûts de l'assurance de base. Je ne pense pas que ce soit en se focalisant sur une démarche qui consiste à compresser les dépenses que nous trouverons un avenir. Il est indispensable que nous changions de cap et que chacun découvre ce que signifie une maladie pour pouvoir consciemment en changer le cours; de même pour les problèmes émotionnels comme l'angoisse, ou les problèmes psychosomatiques comme l'insomnie. Baisser le prix des médicaments, c'est aussi en baisser la consommation surtout quand ceux-ci ne font que camoufler le problème réel.
Belle journée à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/06/2009

Baisser le prix des médicaments, c'est aussi élargir le choix des produits, C'est accepter la réalité de ceux que la tradition nous offrent depuis longtemps, avec une expérience centenaire. Ils ont l'avantage de ne pas coûter des sommes exorbitantes à la recherche et de ne pas polluer tant dans leurs fabrications que dans leurs éliminations dans nos eaux.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/06/2009

L'Alka-Seltzer, l'aspirine, certains anti-inflammatoires, anti-douleurs (sans ordonnance) qui sont des médicaments de base et de confort sont encore très chers en Suisse par rapport à d'autres pays. Pourquoi ?

Écrit par : demain | 01/06/2009

L'Alka-Seltzer, l'aspirine, certains anti-inflammatoires, anti-douleurs (sans ordonnance) qui sont des médicaments de base et de confort sont encore très chers en Suisse par rapport à d'autres pays. Pourquoi ?

Écrit par : demain | 01/06/2009

*bonjour demain, vous avez raison. Je pense que c'est volonté politique de maintenir les produits de "base" élevés pour empêcher une trop grande consommation et donc des abus flagrants. Ai-je tort, ai-je raison, that's the question ?

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

*bonjour cher correspondant. La Vu du Salève permet de voir clair et jeter, par ces temps radieux, un regard profond et circonspect sur notre belle contrée. Oui, je vous donne entièrement raison en ce qui concerne les commentaires de Marie-France de Meuron, d'ailleurs toujours bien inspirée. Entre nous a déjà publié quelques articles touchant la responsabilité de chacun pour améliorer son bien-être, abstraction faite de quelques cas douloureux, je le veux bien, qui n'ont pas cherché à être né avec un traumatisme malheureux ou un système immunitaire déficitaire ! Bonne journée et bien à vous BM

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

Bonjour,
Vous écrivez "Nous bénéficions des meilleurs soins du monde ..." Cela ne coûte rien de l'affirmer certes,mais rien ne le démontre.
Quant aux étrangers privilégiés et bien, justement, ils bénéficient des nos meilleurs spécialiste en payant le prix fort, louent une aile entière de l'hôpital etc.
Ce n'est pas et de loin à la portée de tout un chacun d'entre nous. Pour le reste la seule certitude c'est que les assurances, les laboratoires et la chimie en bénéficient au delà de ce qui est décent.
Le reste n'est que conjecture.

Écrit par : Josué Garcia | 01/06/2009

*bonjour chère Marie-France de Meuron. Avec tout le respect que je vous dois, je suis entièrement d'accord avec vos propos et je vous remercie pour avoir relevé cet aspect non négigeable de la chose. Par ailleurs, nous avons déjà correspondu et vous avez émis qu'il existe 200 thérapies alternatives et qu'il ne faut en condamner aucune d'office. Le corps médical ferait bien de lorgner un peu plus de ce côté là, au lieu de prendre les jumelles (non pas les brunes) pour voir si le temps est beau à Bâle, au bord du Rhin et ...
Que la journée fériée soit bénie pour vous, entourée de vos petits-enfants chéries. BM
PS. Désolé de n'avoir pas respecté l'ordre d'arrivée des messages ! En principe, je suis un peu plus discipliné.

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

Comparer les prix en Suisse avec ceux de l'étranger,non pas de sens tant que l'on a pas calculer le prix de reviens et le prix de vente du produit.( salaires,charges sociales,frais généraux,TVA etc...)Une fois le prix calculé,on compart ce résultat avec les prix pratiqués sur le marché suisse.Si les prix suisse sont 20 à 30% plus chère qu'à l'étranger,mais en dessous du résultat de la calculation,les prix pratiqués ne sont pas abusifs.

celà concerne pour les prix en général.Pour les médicaments,comparer les prix suisse et étranger,sont faussé par le fait qu'en France par exemple,c'est l'état qui fixe les prix des médicaments remboursés par la sécu.

D.J

Écrit par : D.J | 01/06/2009

*Mon cher Josué, je dois compléter votre message, car pas seulement les étrangers fortunés bénéficient des soins de nos spécialistes réputés dans le monde entier. Je suis d'accord, il y en a aussi des sommités en France, aux Etats-Unies, en Russie et ailleurs. Par ailleurs, pourquoi ils viendraient si les soins n'étaient pas supérieurs aux autres pays ? La sécurité ? Le coût ?
Bon, je veux mettre un b-moll, car c'était une phrase un peu provoc et corriger en: "Nous bénéficions de soins exemplaires au niveau mondial". Ceci est un peu moins prétentieux et plus juste.
Pour revenir aux étrangers privilégiés, je pensais également aux nombres importants de pauvres émigrés qui profitent de notre humanité ! Vous êtes certainement d'accord avec moi, on ne peut pas accueillir tous les pauvres diables de cette terre, en pensant aux malades du Sida, du Choléra et les citoyens venant des zones de guerre. Si non, il faudrait que nous démenagions sur Mars ou Sirius !

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

* D.J, oui vous n'avez pas entièrement tort. Mais le niveau de vie en Europe est en train de se niveller. C'est une volonté politique avec l'ouverture des frontières avec l'accord Schengen. La Suisse est chère, mais est-ce une raison pour vendre le même produit 30 % moins cher en France et dont je doute que ce produit "étranger" soit subventionné ! Peut-être vous pouvez me prouver le contraire, mais dans cas je le désir noir sur blanc, attesté par le Gouvernement.
C'est vrai, il faut comparer ce qui est comparable, mais hélas ça cloche déjà avec la TVA, dont nous bénéficions d'un privilégié de 7,6 et bientôt un peu plus pour couvrir les déficits de notre système social, à commencer par l'AI. Est-ce que l'AVS et le chômage va prendre le pas? Mais, cela est un autre sujet et pas encore à l'ordre du jour. Parcontre je dois relever que les médicaments bénéficient en France, comme la culture, d'un taux inférieur, mais vous pouvez probablement me renseigner sur son taux actuel. Alors, faut-il subventionner notre industrie pharmaceutique pour payer les honoraires aux PDG's et faire grimper les cours des actions pour nos actionnaires privilégiés? La recherche a un coût, c'est vrai et il faut la financer. Je préférais encore de subventionner la recherche au détriments des pontes bâlois. Bon, le FC Bâle, privé de la manne de sa présidente Oerli (Petites oreilles), rejoindrait peut-être la ligue inférieure du FC Servette, à moins que ce dernier le rejoigne sous peu, maintenant que les Grenats ont réussi à sauver de justesse leur peau de chagrin coloré. Pardon, je ne veux pas tomber dans le racisme, si non il faudrait citer les autres "gladiateurs " devenus rapidement, trop rapidement Suisse, grâce aux dons sportifs, à commencer par la troupe de Constantin, avec son Pinot noir, à moins que ce dernier - au coeur sensible, mais à la décision radicale - préfère la Dôle blanche. Oui, in vino veritas.

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

Il y a trop d'intermédiaires, pas assez de concurrence et surtout d'offres en faveur des consommateurs (notamment dans la téléphonie- En France téléphone fixe et mobile/Internet/TV sont proposés au prix de notre redevance Télé !. Vous voyez l'anarque organisée par les tenants de ce business juteux en Suisse. La COMCO n'agit pas assez fort contre les cartels qui ont la dent dure au détriment du citoyen/taxe payeur. Assez de gesticulations, de promesses, de reculades, cassons le monopole et les cartels et ceci dans tous les secteurs.

Écrit par : demain | 01/06/2009

Demain, c'est un autre jour. Je dois vous donner raison et vous prie d'aller au bout des choses. La rhétorique est belle, mais ce sont les actes qui comptent. Pourquoi ne pas aller au bout de vos revendications? Nous avons un M. Prix pour défendre les consommateurs, ainsi qu'une association des consommateurs. Il faut les "taquiner" pour qu'ils agissent. Pour ma part, j'enverrai mon article à M. Couchepin au Palais fédéral à Berne. Son secrétariat le transmettre à la bonne personne, j'en suis persuadé.
Le monopole des PTT va être cassé et le téléphone et Natel suivront treès certainement, mais en Suisse il faut toujours beaucoup de temps pour préserver les intérêts de tel et tel, notamment l'actionnariat. Bien sûr il faut s'aligner au Marché commun, resp. à l'EU pour corriger tous ces excès. Alors demain, faites un billet et agissez, vous aurez mon soutien. Bon courage BM

PS. En abaissant le prix des médicaments, il faudrait que nous aussi abaissons notre consommation !!! Tantpis pour l'industrie pharma ... ils n'ont qu'à ce mettre en question et pas fabuler sur les pandémies, à l'image de la grippe aviaire. Parcontre, sur la grippe porcine, je ne peux par méconnaissance pas me prononcer. Est-ce grave ? En tout cas, des milliers meurent chaque jour de faim et du Sida, et presque personne ne bouge à part notre brave Ziegler, qui n'est pas pris au sérieux par certains pontes influents ! Donc nous faire peur profite à "l'ennemi". A bon entendeur

Écrit par : Etoile de Neige | 01/06/2009

Est-ce que l'on peut voir le détail des dépenses en médicaments? Ce serait peut-être intéressant (mais ça dépend justement si c'est conséquent ou non) de voir la part de médicaments que l'on peut obtenir sans ordonnance.
Je sais que certains refont en quelque sorte leur fond de pharmacie lorsqu'ils vont chez le médecin. Cela pourrait aussi être une piste pour la responsabilisation individuelle.

Mon toubib me prescrit toujours le même genre de médocs pour bronchite, état grippal ou autres petits ennuis hivernaux. J'ai donc quasi toujours ce genre de produits et je repars souvent sans ordonnance ou alors "au cas où" et je ne passe pas à la pharmacie.

Écrit par : Pascale | 01/06/2009

Les commentaires sont fermés.